Projet numérique

 

Cahiers, stylos, iPad – notre école sur la voie de l’apprentissage numérique

Pour certains enfants, le début de cette année scolaire ressemblait un peu à Noël. Des cartons blancs remplis d’iPads flambant neufs sont arrivés dans toutes les classes, un pour chaque enfant. « Cool ! Regarder des vidéos ! Jouer à des jeux ! » La joie était grande. Mais la déception aussi. Car ces iPads, les enseignants l’ont précisé d’emblée, sont des outils de travail. Tout comme les cahiers, les crayons et la règle. Notre école est ainsi l’une des premières de Hambourg à mettre une tablette à la disposition de chaque enfant (dispositif one to one). Nous appliquons ainsi de manière conséquente le programme pédagogique défini par le ministère français de l’Éducation nationale : familiariser les enfants de manière ludique avec le monde numérique qui les entoure.

Mais comment fonctionne exactement ce projet de tablettes scolaires ? Nous avons rassemblé ici les réponses aux principales questions.

L’apprentissage numérique – pourquoi ?

Les iPads avec différentes applications d’apprentissage ne remplacent pas les méthodes d’enseignement classiques. Ils les complètent comme un outil supplémentaire précieux dans la boîte à outils de nos enseignants. Deux exemples:

  1. « Apprentissage individuel » : après une dictée, l’enseignant divise les classes en petits groupes. Il s’agit de trouver des erreurs et de les corriger. Les enfants essaient de faire cette dictée seuls à l’aide d’un programme de correction. L’enseignant assiste un groupe puis effectue une rotation. De cette manière, nos enseignants ont plus de temps pour aider les enfants individuellement.
  2. « Du concret à l’abstrait » : En maternelle, les petits font des expériences avec de vrais poids et de vraies balances. Qu’est-ce qui pèse le plus : une carotte ou un crayon ? Que fait la balance lorsqu’une chose est plus lourde qu’une autre ? Les plus jeunes enfants comprennent littéralement le thème des mesures et des poids. Dans les classes supérieures, les choses deviennent de plus en plus abstraites : les élèves doivent s’imaginer une balance pour estimer des poids. L’iPad avec une balance numérique est alors une bonne étape intermédiaire. On ne peut plus toucher la balance, mais on peut toujours la voir. Cela aide les enfants à passer de la pensée concrète à la pensée abstraite.

Comment les iPads sont-ils utilisés en classe ?

Par exemple pour les dictées. L’enseignant enregistre préalablement le texte avec l’iPad, les enfants l’écoutent avec des écouteurs. L’avantage de cette méthode est que chaque enfant peut écouter la dictée à sa propre vitesse, l’avancer ou la reculer en fonction de sa compréhension et finalement l’écrire dans le cahier. La pression d’être le ou la plus lent(e) disparaît. En outre, les enseignants peuvent mieux différencier les différents niveaux de performance : les auteurs de dictées rapides reçoivent un texte plus long et plus difficile ; les enfants moins à l’aise avec l’exercice reçoivent un texte plus facile et plus court. Pour l’instant, les méthodes d’enseignement numériques sont utilisées dans les matières suivantes : français, allemand, histoire, art, géographie et mathématiques.

Combien de temps les enfants passent-ils à l’écran à l’école ?

Il y a au maximum deux unités de cours de 45 minutes par jour pendant lesquelles les iPads sont utilisés, et ce uniquement certains jours de la semaine, pas tous les jours. Les cours avec les tablettes sont clairement délimités – celles-ci disparaissent ensuite dans l’armoire.

Et à la maternelle ?

Les enfants utilisent l’iPad une à trois fois par semaine. Chaque séance dure environ 20 minutes. Les enfants apprennent à se servir de la tablette par des activités ciblées. Ils se familiarisent avec les applications qui seront utilisées régulièrement en classe à partir du CP.

Quel matériel est utilisé à l’école primaire ?

Chaque enfant a son propre iPad (Apple) à partir du CP. La tablette est placée dans une protection antichoc. Après les cours, les enfants rangent leurs appareils dans des armoires fermant à clé, où les batteries sont également rechargées. Les iPads restent à l’école. Chaque classe possède des écouteurs. Chaque salle de classe est équipée d’une Apple TV et d’un projecteur pour regarder les contenus en commun. Les enseignants utilisent chacun un Mac et un iPad Pro.

Quel matériel est utilisé à l’école maternelle ?
La Maternelle possède 50 iPads que les enfants utilisent à tour de rôle. Chaque enfant a son propre compte avec un mot de passe qui lui permet de retrouver des contenus sur chaque appareil et de continuer à les modifier. Ces iPads restent également dans les locaux de la maternelle.

Les parents doivent-ils participer aux frais ?

Non. Tous les coûts des tablettes et des autres équipements techniques sont pris en charge par l’école. L’argent provient des fonds propres de l’école et du « Pacte numérique » du gouvernement fédéral.

Qui sont les interlocuteurs pour le projet pédagogique numérique ?

Le directeur de l’école primaire Sébastien Henry travaille avec trois enseignants de notre école, qui sont responsables de la pédagogie du numérique en tant que référents numériques : Olivier Douet, Sandrine Kotten-Géhénot et Xavier Protat. Notre administrateur réseau et système, Arnaud Mercier, s’occupe de la technique, des logiciels et des mises à jour.

Comment les enseignants sont-ils formés ?

Les enseignants de la maternelle et de l’école élémentaire participent trois à quatre fois par année scolaire à des formations à la pédagogie numérique. L’école travaille en collaboration avec « Art Computer », une entreprise suisse spécialisée dans l’introduction et le développement de méthodes pédagogiques numériques. En outre, les trois référents numériques de notre école sont à la disposition des enseignants pour les conseiller et essayer de nouvelles innovations pendant les cours.

Un mot pour conclure : « L’iPad est une petite chose qui contribue à un grand objectif : permettre aux enfants de s’orienter dans notre monde numérique global », déclare Olivier Douet, référent numérique. Au fil des années scolaires, les enfants apprennent à s’organiser : Comment classer mes fichiers ? Où est mon mot de passe, déjà ? Ils apprennent à se comporter de manière responsable avec les données et les personnes. Qu’est-ce que je peux écrire et à qui ? Quels sont les contenus que je veux partager et ceux qu’il vaut mieux éviter ? « Nous les accompagnons pour qu’ils développent leur citoyenneté numérique », explique Olivier Douet. Des citoyens dans un monde numérique.